PRIX JUSTICE PRO BONO

LE PRIX JUSTICE PRO BONO

Depuis 12 ans maintenant, Justice Pro Bono remet le Prix Justice Pro Bono afin de reconnaître l’apport exceptionnel d’un(e) avocat(e), d’un cabinet ou d’un organisme à but non lucratif en matière de services juridiques pro bono au Québec.

Le Prix Justice Pro Bono est habituellement remis au cours de la cérémonie de remise des distinctions honorifiques « Avocat émérite » du Barreau du Québec, qui se tient annuellement au cours de l’automne.

Pour postuler au Prix Justice Pro Bono 2022 et connaître les modalités, veuillez cliquer sur lien ci-dessous svp :

Appel de candidatures Prix Justice Pro Bono 2022

Les candidatures doivent parvenir à Justice Pro Bono, au plus tard le vendredi 16 septembre 2022 !

———————————————————————————————

Lauréat-e-s du Prix Justice Pro Bono

Lauréate 2021 – Me Ann M. Soden, Ad. E

Me Ann M. Soden est avocate, médiatrice agréée montréalaise et pionnière au Canada dans le domaine du Droit des aînés. Depuis plus de 25 ans, elle est experte-conseil à l’Institut québécois de gérontologie sociale dans le domaine de la maltraitance et de l’exploitation des personnes âgées. Elle a fondé en 2007 la clinique juridique pro bono des aînés, une initiative permettant à bon nombre d’étudiant(e)s en droit d’être sensibilisé(e)s aux problèmes d’ordre social et juridique auxquels sont confrontés aujourd’hui les aînés les moins fortunés. Me Soden est présidente fondatrice de la Section nationale et membre fondatrice des réseaux canadien et québécois de prévention de la maltraitance aux personnes âgées. Son dévouement à faire progresser et respecter les droits des aînés constitue un modèle inspirant d’engagement social au bénéfice des justiciables vulnérables, notamment pour ceux et celles qui aspirent à la profession juridique.

Lauréat 2020 – Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE)

Le lauréat 2020 du Prix Justice Pro Bono est le Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE).

Le Centre québécois du droit de l’environnement est un organisme sans but lucratif fondé en 1989 par un groupe de juristes intéressés par les aspects juridiques des enjeux environnementaux. Sa mission est de mettre son expertise juridique au service des citoyens et de la protection de l’environnement.

Seul organisme de bienfaisance dédié au droit de l’environnement au Québec, il offre une expertise juridique indépendante ainsi que des outils éducatifs aux citoyen(ne)s et étudiant(e)s en droit, contribue au développement d’une législation et jurisprudence forte et cohérente et utilise le droit pour protéger l’environnement et faciliter l’accès à la justice des citoyen(ne)s. 

Une telle implication totalise des milliers d’heures d’engagement bénévole au service de l’organisme et de sa mission. Au cours des 30 dernières années, le CQDE a su s’imposer comme un modèle inspirant au chapitre du travail juridique pro bono.

Lauréate 2019 – Me Dominique-Anne Roy

En 2019, la Médaille de Saint-Yves a changé de nom en devenant le Prix Justice Pro Bono, éponyme de notre organisme. Me Dominique-Anne Roy a démontré, avant et depuis son admission au Barreau du Québec en 1996, un engagement social et bénévole soutenu et remarquable. Elle représente un exemple de leadership et de dévouement au sein de la communauté juridique et du milieu communautaire, autant par son rôle dans la mise sur pied d’Avocats sans frontières Canada que dans ses multiples autres implications auprès d’organismes tels les Amis des Plaines, le Centre jeunesse de Québec et Justice Pro Bono. Me Roy est un modèle inspirant au chapitre du travail juridique pro bono et de l’implication communautaire pour l’ensemble de ses confrères et consœurs, sans compter tous ceux et celles qui aspirent à le devenir. Me Roy incarne parfaitement les valeurs d’engagement, de leadership et d’implication requises et contribue quotidiennement au développement d’une société meilleure.

Lauréats 2018 – Me Jean-Pierre Ménard pour le volet individuel et la Clinique juridique itinérante pour le volet institutionnel

Deux catégories – individuelle et institutionnelle – ont permis de décerner la Médaille à autant de lauréats : Me Jean-Pierre Ménard pour le volet individuel et la Clinique juridique itinérante pour le volet institutionnel. Me Jean-Pierre Ménard est reconnu depuis 30 ans pour son engagement pro bono envers des personnes et des familles particulièrement vulnérables, afin de dénoncer les inégalités dont elles sont victimes. Ses actions ont renforcé la reconnaissance et la mise en œuvre des droits des usagers du système de santé. La Clinique juridique itinérante (CJI), un organisme à but non lucratif dont le directeur général est monsieur Donald Tremblay, a également été reconnue pour son apport au milieu de l’accès à la justice.  Sa mission est de promouvoir l’accès à la justice auprès des personnes démunies, itinérantes et marginalisées qui se retrouvent souvent désemparées devant la complexité de l’administration de la justice.

Lauréate 2017 – Me Geneviève Benoit

Consciente que l’un des meilleurs moyens de faciliter l’accès à la justice était de faire en sorte que les citoyens connaissent leurs droits et leurs obligations dès leur jeune âge, Me Geneviève Benoit s’est donné comme mission d’élaborer un programme d’éducation juridique qui leur est destiné. En effet, tous reconnaissent que le projet d’éducation juridique pro bono destiné aux élèves des écoles secondaires publiques et privées du Québec offert par Educaloi doit sa réussite à la conviction, la détermination et le grand dévouement de celle qui est toujours aujourd’hui son ambassadrice, et qui a su faire partager sa passion à plus de 1200 juristes bénévoles qui ont communiqué leur savoir à des dizaines de milliers d’étudiants et étudiantes.

Lauréat 2016 – Mouvement Action-Chômage de Montréal (MAC)

Célébrant ses 45 ans d’activités, le Mouvement Action-Chômage de Montréal a démontré un leadership et un engagement soutenu en se consacrant entièrement à la défense et la promotion des droits des personnes sans emploi. L’organisme donne accès gratuitement à des services juridiques de qualité dans des domaines de pratique du droit cruciaux et peu rentables, dont les droits sociaux et économiques.

Lauréate 2015 – Me Ewa Gerus

Pro Bono Québec a remis la Médaille de Saint-Yves 2015 à Me Ewa Gerus, qui s’illustre par son engagement envers l’accessibilité à la justice et son leadership important en lien avec la promotion du travail juridique pro bono. Me Gerus s’implique, depuis son assermentation au Barreau du Québec, auprès de plusieurs organismes de défenses des droits des femmes et citoyens vulnérables, tel que le Y des femmes, l’Auberge Shalom pour femmes, la Clinique juridique Centre des femmes, la maison d’hébergement Maison du réconfort, à raison de plusieurs heures par semaines. Son leadership et son dévouement important, quoique parfois dans l’ombre, au sein de la communauté juridique et du milieu communautaire sont d’une importance capitale. Elle représente un modèle inspirant au chapitre du travail juridique pro bono et de l’implication communautaire pour plusieurs de ses confrères et consoeurs, ainsi que de la relève juridique. Elle donne un vrai sens au terme action communautaire et travaille quotidiennement à la construction d’une nouvelle et meilleure société.  

Lauréat 2014 – Me Guy Pratte 

Fondateur de Pro Bono Québec, Me Guy Pratte a su réunir de nombreux acteurs du milieu juridique québécois afin de mettre sur pied un organisme visant à servir l’intérêt des plus démunis de notre société. Nommé Advocatus Emeritus par le Barreau du Québec en 2012 en raison de sa contribution exceptionnelle à la profession juridique, Me Pratte est également l’initiateur du programme bénévole du cabinet Borden Ladner Gervais, au sein duquel il pratique le droit administratif, le droit constitutionnel et le litige commercial.

Lauréat 2013 – Me Richard Neil Goldman 

Me Goldman a démontré depuis plusieurs années un engagement personnel auprès de, notamment, trois organismes de défense des droits, soit la Clinique des solutions justes, le Projet Genèse et le Comité d’aide aux réfugiés. Me Goldman représente un modèle inspirant au chapitre du travail juridique pro bono pour plusieurs confrères et consœurs. Son implication sociale se traduit, au quotidien, par des consultations juridiques gratuites à des personnes migrantes à statut précaire ainsi que de la formation et de l’information en matière de droit de l’immigration.

Lauréat 2012 – Me Robert Hayes 

Me Robert Hayes a toujours eu à cœur d’enrichir sa vie professionnelle en s’impliquant de façon pro bono dans des projets sociaux et auprès d’organismes communautaires.  De 1997 à 2010, il a porté à bout de bras la mise sur pied de la Maison de soins palliatifs de Laval à titre de membre du comité d’implantation et de président du comité exécutif. Cet organisme à but non lucratif offre aujourd’hui des soins palliatifs gratuits à plus de 225 personnes par année. Au terme des nombreuses années de dévouement pour l’implantation de l’organisme à Laval, Me Hayes se consacre dorénavant à la mise sur pied d’un organisme similaire à Ville LaSalle.

Lauréate 2011 – Me Geeta Narang 

Fondatrice et directrice générale de la Clinique juridique du Mile-End, Me Geeta Narang constitue pour plusieurs étudiants en droit et avocats bénévoles l’étincelle qui les amène à consacrer du temps au service de la communauté. Par son implication personnelle, généreuse et sincère, Me Narang contribue constamment à faire la promotion des services juridiques pro bono. Me Narang est profondément convaincue que le droit et la justice sont des moyens d’aider les citoyens à améliorer leur sort, socialement et économiquement. C’est cette conviction qui l’a inspirée pour mettre sur pied et diriger la Clinique juridique du Mile-End et ainsi offrir des services juridiques gratuits destinés à la population du Mile-End, mais aussi des autres quartiers de Montréal. 

Lauréat 2010 – Me Colin K. Irving 

Pro Bono Québec a remis la Médaille de Saint-Yves 2010 à Me Colin K. Irving. Pratiquant le droit depuis plus de 50 ans,  Me Irving a toujours eu à cœur le bien-être de ses concitoyens en offrant gratuitement son expertise. Il a fondé la Clinique juridique du Centre communautaire Tyndale St-Georges et il a collaboré à maintes reprises à la Clinique juridique du Mile End. 

LE PRIX PARIS-QUÉBEC

Pour la deuxième année consécutive, le nouveau Prix Paris-Québec est remis à deux lauréat(e)s, un(e) de Paris et un(e) du Québec, pour souligner un projet pro bono à vocation solidaire, sociale ou humanitaire qui incarne au moins l’une des valeurs de la Francophonie, soit la solidarité, la paix, la démocratie, les droits humains, le droit à l’éducation ou la diversité culturelle.

Pour consulter le document d’appels de candidatures pour le Prix Paris-Québec, veuillez cliquer sur le lien suivant : Candidatures Prix Paris-Québec 2021. Les candidatures sont admissibles jusqu’au 30 juin 2021.

—————————————————————————————————————————————————

Lauréat-e-s du Prix Paris-Québec

Lauréat 2021 – Me David E. Roberge

Pour le volet québécois, le Prix Paris-Québec 2021 est remis à Me David E. Roberge, pour son implication pro bono et son parcours juridique varié. Depuis le début de sa carrière, Me Roberge a multiplié les occasions de mandats pro bono ou d’engagements communautaires, afin de protéger le droit des personnes défavorisées. Me Roberge est engagé dans plusieurs initiatives de défense des droits LGBTQ+, en plus de conseiller des organisations dédiées à la lutte et la prévention en matière de VIH Sida. À titre de membre d’Avocats sans frontières, Me Roberge a participé a une mission internationale de formations en droit de l’environnement à l’Université d’État d’Haïti à Port-au-Prince. Me Roberge a également collaboré à un atelier sur les enjeux d’égalité et de non-discrimination avec des représentants d’organisations en Haïti dont le mandat est de défendre le droit des femmes et des minorités sexuelles.

Lauréate 2020 – Me Margherita M. Morsella

Pour le volet québécois, Me Margherita M. Morsella est la première lauréate à recevoir le Prix Paris-Québec. Le jury a reconnu l’engagement pro bono de Me Morsella depuis plusieurs années pour les femmes vulnérables et son action concrète sur le terrain, son implication sociale et son engagement pour aider les gens en bas de l’échelle vivant la pauvreté, le mépris, l’exclusion sociale et la discrimination. Me Margherita M. Morsella s’est toujours impliquée dans sa communauté. Le parcours de cette avocate qui pratique principalement en droit de la famille est une source d’inspiration pour ceux et celles qui veulent changer les choses, mais surtout aider leur prochain.